Collaboration Et si c'était ça le bonheur

Se reconstruire après une souffrance

on

Après une souffrance, laissons-nous la chance de renaître, de revivre et de croire à nouveau.

Marie-Christine Duquette & Annie Germain

Parution sur le site Moment Présent

Avez-vous déjà vécu un moment de grande souffrance où vous avez eu l’impression que votre propre vie vous échappait ? Même si personne ne souhaite souffrir, la souffrance, qu’elle soit physique ou émotive, fait partie de la vie. Que ce soit quand nous avons à traverser des moments de détresse ou quand nous accompagnons ceux que nous aimons à traverser de tels moments, la souffrance ébranle souvent nos valeurs et notre vision de la vie, nous touche et nous amène à vivre une grande vulnérabilité. Il peut alors être plus ardu de voir la lumière au bout du tunnel, parfois même de croire qu’elle existe réellement ! Rappelez-vous que vous n’êtes pas seul à vivre de tels sentiments. Oser partager cette vulnérabilité avec d’autres êtres humains peut aussi être source de réconfort. Et si c’était ça le bonheur partager sa douleur et être à l’écoute de celle des autres pour ensemble aspirer à un mieux-être collectif ? Et si choisir d’exposer davantage ce que nous vivons intérieurement nous permettait de nous reconstruire et même de renaître ensuite, et ce, même si au moment présent, cela nous apparaît comme étant difficilement réalisable ?

L’expérience de vie nous a permis de constater qu’il est possible de se reconstruire et de renaître et que le temps est un véritable baume nous aidant à accomplir cela. Il permet lentement et sûrement de panser notre blessure en nous laissant l’espace requis pour l’apprivoiser et décider de ce que nous pouvons faire pour s’aider. Le temps nous permet également de nous offrir des moments d’introspection que nous pouvons vivre ici et là, à notre rythme. Ces temps d’arrêt permettent de mieux se comprendre et de s’élever en conscience. Quelle que puisse être la souffrance que nous vivons peut-être actuellement ou celle que nous pourrons vivre, elle n’est souvent que temporaire. En être conscient permet de prendre soin de cette souffrance en s’aimant au moment présent et en se disant que la tempête passera. Toutefois, nous croyons que, malgré que le temps puisse être un précieux allié, il est tout aussi important de prendre conscience que nous avons du pouvoir sur notre vie et que ce pouvoir permet d’aller à la rencontre de la grande force qui existe déjà en chacun de nous. Justement, nous vous proposons d’utiliser cette force de pouvoir qui se veut libératrice. Certes, cela exige véritablement du courage de réussir à passer à l’action et ainsi répondre à nos propres besoins et désirs lorsque nous sommes souffrants, mais c’est de cette façon que nous pourrons commencer notre guérison et notre reconstruction. En effet, que faut-il pour arriver à avancer malgré la douleur, la peur et la souffrance? Des pas, donc entrer en action.

Nous avons tous des défis quotidiens et parfois même des remises en question qui peuvent être à la source de notre douleur ou de notre mal-être. Utiliser ces défis et ces coups durs pour passer à l’action est motivant. Les enfants sont excellents pour y arriver. Malgré la souffrance et les mauvaises nouvelles, ils arrivent bien souvent à sourire de façon authentique et à profiter de petits moments de plaisir ou de bonheur au quotidien, si minimes soient-ils. Notre indice bonheur n’est-il pas proportionnel à l’intensité de la personne qui perçoit, entend et ressent ces joyaux du quotidien ? Peut-être pensez-vous que les enfants possèdent une certaine innocence ? Est-ce l’innocence ou davantage la capacité de profiter de l’instant présent en alimentant des pensées positives et réalistes plutôt que des pensées limitantes ? Tout comme les enfants, pourquoi ne pas se permettre de mieux vivre le moment présent, mais surtout de faire l’expérience de ce qui se présentera à nous, que cela soit un grand bonheur ou une grande douleur ?

 « Se permettre de souffrir, c’est ne plus aller à contre-courant de la vie, c’est surfer sur les vagues de notre vie, quelles qu’elles soient »

Marie-Christine Duquette & Annie Germain

Décidons de visualiser notre vie comme étant une aventure parsemée de défis de différentes tailles qui seront source d’expériences pouvant enrichir notre vie de par les apprentissages qu’ils nous feront faire. Accueillir ces émotions ressenties donne l’élan nécessaire vers une certaine paix intérieure. Mettons la culpabilité de côté et prenons conscience de la façon avec laquelle nous pourrions apporter des changements pour façonner notre présent plutôt que de ruminer en restant paralysé devant les nombreux obstacles. Nous vous l’assurons, ceci favorise l’action en fonction de ce que nous voulons installer dans notre vie, et ce, malgré les défis présents sur notre route. Lorsque l’un d’eux se présente à nous, ayons à l’esprit qu’il n’y a pas qu’une seule route balisée, mais bien de multiples chemins possibles et lorsqu’ils ne seront pas présents, pourquoi ne pas en défricher de nouveaux ?Il n’en tient qu’à nous de décider de voir la vie à travers la souffrance.

Accepter les événements de notre vie, sans se placer dans le rôle de la victime passive, est reconnaître la souffrance tout en gardant l’espoir qu’il nous sera possible de surmonter et même de dépasser la douleur. En faisant face à l’adversité, il sera ensuite plus facile de se responsabiliser pour aller chercher ou développer les ressources nécessaires à notre mieux‑être. Plusieurs personnes sont des modèles de courage devant des souffrances dues à la perte d’un être cher, à une peine d’amour, à la maladie, à la perte de biens importants ou d’un travail passionnant, etc. Ces héros sont autant des personnes bien connues que des personnes de notre entourage. Nous pouvons tous en être un. Soyons patient, bienveillant et indulgent à notre égard et surtout, soyons généreux dans notre façon d’être avec toutes personnes qui croisent notre chemin, sans rien attendre en retour. Cette façon de répondre au vide intérieur et à la peur nous donnera l’énergie nécessaire pour passer à l’action et provoquera des changements dans notre état interne.

Nous vous invitons à faire preuve d’amour et de douceur envers vous, particulièrement lorsque vous accueillerez, sur votre chemin, une souffrance. Aimez-vous suffisamment pour vous permettre cet état interne, entourez-vous de personnes qui vous sont chères et qui vous aideront à passer à travers cette tempête. N’hésitez pas à nommer ouvertement ce qui vous fait mal, vous pourriez être surpris de découvrir sous un autre angle toutes ces personnes qui se trouvent sur votre chemin et qui peuvent être pour vous des piliers sur lesquels vous appuyer pour avancer ou qui pourront vous supporter si vos pas vous sont difficiles. Soyez indulgent et flexible et décidez de croire en votre vie, malgré ces défis de différentes tailles qui se présenteront à vous. Permettez-vous d’accueillir votre souffrance le temps qu’il le faudra et, lorsque vous vous sentirez prêt, reconstruisez-vous un souffle à la fois. Nous croyons que nous permettre d’aimer notre vulnérabilité est une façon de nous découvrir, de nous aimer encore davantage et d’être tout simplement vivant. Que vous puissiez tous et toutes faire le choix de vous aimer assez puissamment pour décider un jour de renaître, de revivre et de croire à nouveau au bien-être après une souffrance !

En terminant, nous vous partageons une histoire qui nous a profondément touchées. Elle représente parfaitement pour nous le fait de se reconstruire après une souffrance et de savoir l’utiliser pour rejaillir encore plus fort. Cette histoire est inspirante : la vie triomphe sur la maladie de par le courage et la vision de ces personnes. Nous vous suggérons le livre de Marilyne Petit « Des millions de soleils » aux Éditions Un monde différent dans lequel elle donne du sens à ce qui n’en a pas en rayonnant malgré l’épreuve. Cette femme inspirante partage son histoire touchante avec son garçon qui a déjà subi trois chirurgies cardiaques tout en donnant des pistes pour ensoleiller notre journée. Et si, nous aussi, nous décidions de participer à cette belle mission en ensoleillant nos journées et celles des personnes qui croiseront notre route ?

Marie-Christine Duquette & Annie Germain

Et si c’était ça le bonheur

 

À propos Marie-Christine Duquette

Photographe et co-auteure du livre Le changement vous appelle... Répondez ! publié aux Éditions La Semaine. Femme de cœur, passionnée par l'immense potentiel humain ainsi que le développement personnel et exploratrice invétérée des possibilités de la vie.

1 Comment

  1. Roger

    1 février 2015 at 13 h 20 min

    J’ai prie note xx

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *