Authenticité

La vie, c’est ici et maintenant !

on

Il y a 5 ans, soit le 31 octobre 2010, la vie a mis sur mon chemin un évènement quelque peu frappant !

Au retour d’un brunch avec une amie, je fus impliquée dans un accident automobile sur l’autoroute métropolitaine, soit la 40 Est, à la hauteur de la sortie Lacordaire. De la tôle froissée, des douleurs mineures, mais énormément de peur.

C’est dans ces situations que les fameux SI peuvent survenir. Dans mon cas, je ne pouvais m’empêcher de penser à cet aspect : « Si le conducteur de l’autre camionnette qui me suivait ne m’avait pas évitée de justesse, que serait-il arrivé ? ». Prise en sandwich entre deux camionnettes… Je me rappelle combien ce scénario m’épouvantait. Je me forçais à ne pas alimenter ce SI, car ce n’était pas ce qui était arrivé. Toutefois, j’étais remplie de gratitude (et le suis encore) pour le conducteur et ses bons réflexes lui ayant permis de m’éviter.

Je me rappelle aussi qu’à l’époque de cet accident, je me trouvais dans une drôle de position, ou plutôt, dans une position bien malheureuse. Je subissais un quotidien professionnel qui ne me faisait plus envie depuis belle lurette. Je tentais de me convaincre que je pouvais continuer sur cette voie de la stabilité qu’offraient mes fonctions de secrétaire, même si le cœur n’y était plus et que je sentais que mon chemin était ailleurs.

Ce faisant, j’allais à contre-courant de mes émotions, de mes valeurs, de mes aspirations. Je faisais semblant d’aimer mon emploi et d’être heureuse dans ce quotidien professionnel.

Puis, survint cet accident. Où j’avais évité un scénario sans doute pire. D’autres que moi ce jour-là n’eurent pas ma chance. J’ai encore en mémoire l’annonce du policier qui m’avait dit que ce même matin, deux jeunes femmes d’à peine 18 ans avaient péri dans un tragique accident un peu plus loin sur cette même autoroute.

Ce matin du 31 octobre 2010, je me suis sentie énormément reconnaissante d’être sortie de cet accident indemne. Sans limitations. Je réalisais la chance inouïe de pouvoir créer la vie de mes rêves.

À l’époque, je désirais apporter des changements de divers ordres à ma vie (carrière, déménagement, etc.). Cet accident fut un élément supplémentaire m’ayant mené vers ma décision de m’offrir une nouvelle vie. Le bonheur? C’était à moi de me l’offrir et de le générer.

Aujourd’hui, je suis fière de constater tout le chemin parcouru, car oui, je suis passée à l’action un jour de l’année 2011 en osant changer plusieurs aspects de ma vie. Maintenant, j’habite notamment dans une ville que j’aime et les nouvelles aventures professionnelles que je vis depuis sont enrichissantes et me permettent de m’accomplir.

Pourquoi je me remémore cet accident ?

Parce qu’à l’époque, je caressais aussi l’objectif d’adopter un mode de vie plus actif, plus sain. J’ai toujours su qu’il y avait bien plus d’avantages à bien s’alimenter et à bouger que l’inverse. C’est ainsi que j’ai tenté à plusieurs reprises de mettre en place des solutions adaptées à ce souhait, mais rapidement, les excuses « Je n’ai pas le temps » ou « Je suis trop fatiguée » remportaient la bataille. Cet objectif d’une meilleure santé et d’un meilleur mode de vie retombait alors rapidement au bas de ma liste de priorités.

Puis, je me suis demandé ce que j’attendais pour passer à l’action ! Un autre accident ? La maladie ?

J’ai pris conscience que si je ne me priorisais pas, que si je ne m’allouais pas de temps à l’horaire pour prendre soin de ma santé globale, personne ne le ferait à ma place. J’ai aussi pris conscience que si j’attendais d’avoir l’horaire parfait et allégé pour m’entraîner, je ne m’entraînerais jamais. J’ai surtout réalisé que mon excuse « Je m’entraînerai dès que ce projet sera terminé » ne tenait plus la route. Je me connais. Après tel ou tel projet, j’en créerai évidemment d’autres. J’ai une grande soif d’accomplissement et d’épanouissement !

C’est comme si cette semaine, tout s’était emboité pour me faire prendre conscience qu’il était insensé de repousser un jour de plus mon objectif de mise en forme.

Chaque jour offre la possibilité de décider qu’il en sera maintenant différemment. C’est ainsi que lundi dernier, j’ai décidé de m’abonner une nouvelle fois au gym. C’est avec une plus grande connaissance de soi que j’entame ce nouveau défi et pour m’aider à le relever, je pourrai compter sur des spécialistes de l’entraînement et de la nutrition.

Voilà ! Je viens donc de m’élancer vers un nouveau mode de vie. Je plonge vers des eaux inconnues, je fais le pari d’adopter de nouvelles habitudes de vie qui seront, j’en demeure convaincue, encore plus porteuses de la suite heureuse de ma vie et de tous ces beaux projets que je désire concrétiser !

Et vous ? Est-ce qu’aujourd’hui sera ce jour où vous déciderez qu’à partir de maintenant, vous agirez différemment pour vous rapprocher de ce que vous souhaitez réellement ?

Il n’est jamais trop tard pour un nouveau commencement…

Marie-Christine D.


Je termine ce texte en ayant une pensée fort spéciale pour France, dont j’ai appris le décès la veille de l’écriture de ce texte, des suites de sa bataille contre le cancer. France, quelques temps avant ma démission, alors que nous étions installées dans ton bureau, nous discutions du fait que tu ne te sentais pas bien. Je me rappelle t’avoir dit combien ta santé était plus importante que le travail. Qu’il fallait que tu prennes soin de toi. Je ne te l’ai jamais réellement dit, mais c’est quelques temps après que j’ai réalisé l’ironie de cette discussion : toi, tu ne te sentais pas bien, je t’avais conseillé d’écouter ton corps et de penser à toi et moi, j’étais malheureuse, mon corps m’envoyait également des signaux, mais je n’agissais pas… Cette discussion entre nous deux demeure, tout comme mon accident, l’un des facteurs déterminants de mon passage à l’action ensuite. Merci d’être passée dans ma vie et de m’avoir projeté, sans le vouloir, l’incohérence de mes paroles et de mes actions… En terminant, sache que j’accueille douloureusement l’annonce de ton départ survenu bien trop tôt, mais je choisis aussi de l’accueillir comme étant une confirmation à l’effet que ma décision de lundi dernier est plus que judicieuse. C’est maintenant la vie, pas demain… Repose en paix et veille sur les gens qui t’aiment XXX.

 

 

 

À propos Marie-Christine Duquette

Femme authentique et exploratrice passionnée de la vie. Auteure, enseignante et photographe.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *