Authenticité

Tout va trop vite !

on

 

Cet après-midi, tu viens de décider de dire stop. Tu décides de mettre sur pause le film dans lequel tu es à l’affiche.

Dans le ring : ta culpabilité et toi ! Rapidement, tu domines le duel. 1-0 pour toi.

Plutôt jubilatoire de réussir à mettre chaos ton sentiment de culpabilité qui voudrait, évidemment, te faire continuer ta fameuse liste gargantuesque de choses à faire. L’expression « Check the box » est devenue courante dans ton quotidien. Mais pas aujourd’hui. Tu décides de la boycotter et de la remplacer par « Je prends soin de moi ».

3 ans, 3 mois et 6 jours.

C’est le 25 novembre 2011, il y a 3 ans, 3 mois et 6 jours, que tu décidais de démissionner du rôle de la fille qui se sentait à l’étroit et insatisfaite dans sa vie.  Point final à ce film dramatique dans lequel tu jouais parfois des scènes d’une tristesse étouffante : combien de fois le matin, une fois arrivée dans le stationnement de ton travail, tu avais le cœur gros, parfois même jusqu’à en pleurer ? Tu ne voulais pas sortir de ta voiture pour aller travailler et, pourtant, tu reprenais sur toi, tu prenais une grande respiration et tu y allais quand même.

Ça y était. Le masque du faux-semblant venait à nouveau de recouvrir ton visage.

« Ça va bien – que l’on te demandait ? »

« Oui oui – que tu répondais » alors que tout ton être avait plutôt envie de crier le contraire.

Ce rôle, tu l’auras joué de longs mois. Jusqu’à ce jour où tu décidas que c’en était assez et que tu étais fin prête pour jouer un nouveau rôle.

Ce PREMIER et unique GRAND rôle de ton existence : celui d’être toi-même, sans demi-mesure. Celui où tu créerais toi-même les scènes désirées selon tes propres convictions et aspirations.

La première scène que tu as créée fut évidemment celle de ta démission.

Tu pleuras.

Mais cette fois-ci, ce fut des pleurs de libération, de soulagement. Tu n’avais plus à mentir un jour de plus. Tu venais de jeter ce masque de faux-semblant. Quelle incroyable sensation !

Depuis 3 ans, 3 mois et 6 jours, tu construis donc ta nouvelle vie.

Celle dans laquelle tu te sens déjà bien, plus accomplie et épanouie. Tu comptes sur ta passion, ta conviction de faire les bonnes choses pour les bonnes raisons et ta motivation pour persévérer vers l’atteinte de tes nouveaux objectifs fixés. En décidant de démissionner, tu décidais de renouer avec des rêves, des projets à concrétiser. Tu travailles ainsi fort pour conjuguer au présent tes nombreuses réalités. Notamment, tu navigues entre la photographie, l’enseignement et l’écriture. Tu gardes en tête le pourquoi de tant d’efforts quotidiens. En tête de liste, tes deux prochains et beaux objectifs à atteindre sont la sortie de ton premier livre et l’obtention officielle de ton brevet d’enseignante. Ça s’en vient que tu te dis.

Parfois, tu te sens la plus douée en conjugaison. Tu as même parfois l’impression de conjuguer au plus-que-parfait tes réalités. D’autres fois, au contraire, tu sens que c’est trop. Trop en même temps. Quand ça t’arrive, tu sais que c’est parce que tu te sens essoufflée, fatiguée, et ce, même si tu es passionnée par ce que tu fais.

Dans de tels cas, tu oses t’écouter et tu dis STOP pour prendre soin de toi :

  1. Tu vas faire une promenade et tu respires le grand air. Tu t’imprègnes de ce que la nature t’offre si gracieusement;
  2. Tu sors ton appareil photo et tu te mets à photographier la vie qui t’entoure;
  3. Tu écoutes et chantes à tue-tête du Josh Groban qui a le don de te calmer et de t’ancrer;
  4. Tu écoutes de la musique méditative, relaxante et tu te concentres sur elle;
  5. Tu appelles une personne qui t’est chère et tu parles, tu ris;
  6. Tu t’offres le plaisir d’une sieste;
  7. Tu sors un livre et tu lis;
  8. Tu t’offres le silence, le calme du moment présent et tu respires simplement;
  9. Tu t’installes à ton ordinateur et tu te mets à écrire. Sans censures. Tu laisses ta passion des mots te mener là où elle veut te mener. Comme aujourd’hui.

Et si le sentiment de culpabilité se met à t’habiter durant ces moments parce que ce n’était pas, selon sa perception, le bon moment d’arrêter, tu l’accueilles sans jugement, avec bienveillance. Tu te dis que depuis 3 ans, 3 mois et 6 jours, tu ne chômes pas dans la confection de cette nouvelle vie à ton image et qu’il est plus que NORMAL de te sentir parfois fatiguée. Tu te dis qu’il est sain de t’octroyer du temps ! Tu sais et te plais à dire qu’il faut savoir s’arrêter, se ressourcer pour mieux continuer ensuite.

Et quand tu considères parfois que tu as trop de projets en même temps, tu te rappelles ce rôle dramatique que tu jouais il y a 3 ans, 3 mois et 6 jours et qui était malsain pour toi. Tu te connectes à ce souvenir et tu te dis que tous tes efforts valent la peine et ne sont pas inutiles, car depuis, tu ne t’es jamais sentie aussi HEUREUSE et sur la bonne route ! Et tu sais que l’on ne peut pas être TROP heureuse.

Et donc tu te reposes. Et tu persévères et continues de conjuguer avec passion.

Et tu ressens un immense sentiment de fierté pour tes accomplissements, mais surtout pour t’avoir permis un jour de jouer ton plus grand et grandiose rôle ! Et de cela, tu ne pourras jamais être fatiguée.

Marie-Christine Duquette

Rejoignez-moi notamment sur la page Facebook Et si c’était ça le bonheur


Et vous ? Que faites-vous quand tout va trop vite dans votre vie ? Quelles sont les activités qui vous font du bien, qui vous calment, vous apaisent et vous permettent de vous ressourcer ? J’ai bien hâte de vous lire.

 

 

 

 

 

À propos Marie-Christine Duquette

Photographe et co-auteure du livre Le changement vous appelle... Répondez ! publié aux Éditions La Semaine. Femme de cœur, passionnée par l'immense potentiel humain ainsi que le développement personnel et exploratrice invétérée des possibilités de la vie.

3 Comments

  1. Gabrielle

    10 avril 2015 at 21 h 24 min

    J’ai beaucoup appréciée votre article « tout va trop vite » car l’automne 2011 a aussi été un tournant marquant de ma vie. En octobre, j’ai décidé de quitter une relation de couple de 5 ans dans laquelle je ne m’épanouissais plus depuis un bon moment déjà et à laquelle je m’accrochais par sécurité, par peur d’être seule, peur de l’échec. De fil en aiguille j’ai remis en question plusieurs sphères de ma vie pour me rendre compte que mes rêves et ma réalité étaient à des années lumières un de l’autre! Au rayon des vieux rêves: traitement d’orthodontie pour avoir de belles dents, devenir avocate, me remettre en forme, voyager….mais bon, ça n’allait pas ce faire tout seul alors… En janvier 2013 début de l’orthodontie et en février 2013 j’ai décidé de réorienter ma carrière et de retourner à l’école à temps plein. Destination: certificat en droit pour augmenter mes notes et accéder au BAC contingenté. Ensuite en juillet 2014 j’ai reçu le plus beau courriel de toute ma vie: « Il nous fait plaisir de vous accepter ». Je n’en croyais pas mes yeux, j’avais travaillé TELLEMENT fort et ça avait marché! J’ai intégré le BAC en septembre 2014 et je me sens vraiment à ma place, j’adore ça et je réussie bien.
    Dans moins d’un mois j’aurai fini la moitié de mon BAC, tout mon traitement d’orthodontie et je serai en voyage en Europe avec ma soeur. Si on m’avait dit tout ça en octobre 2011 j’aurais pensé que c’était impossible. Mais non, les rêves, l’ACTION, le courage, la persévérance, la détermination, la famille, les ami(e)s ont fait que tout ça est possible et plus encore!

    Je vous félicite d’avoir eu le courage de changer de vie et de poursuivre vos rêves, car avec votre nouvelle vocation vous inspirez les gens 🙂 Je crois que vous êtes à la bonne place!

    Merci pour votre texte! Au plaisir de vous lire,

    • Marie-Christine Duquette

      28 mai 2015 at 11 h 27 min

      Bonjour Gabrielle,

      Quel plaisir ce fut de vous lire. Nos parcours sont sensiblement les mêmes : qu’il est agréable de lire d’autres histoires de personnes s’étant audacieusement choisies. Ça m’inspire au plus haut point ce type de partage : je vis pour toutes ces rencontres, virtuelles ou autres, d’histoires, de mots, de cheminements. L’être humain est puissant et s’approprier les pouvoirs sur sa vie tel que vous l’avez fait aussi, c’est fabuleux ! Vous êtes un exemple, je suis convaincue que vous inspirez beaucoup de gens !

      Bonne continuation et merci de me suivre.

      Marie-Christine 🙂

  2. Silvia

    16 juin 2015 at 13 h 48 min

    c’est lorsque l’on emprunte un chemin inconnu ou incertain que l’on se découvre ses vraies forces. Et c’est aussi par ce chemin que l’on fait de si belles connaissances… Tu es fantastique Marie-Christine et jolie en plus. C’est beau te voir et te lire. Longue vie à toi, ton humanité et ta nouvelle carrière!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *